Concert avec Souad Massi à la Cigale le 8 avril !

Souad Massi sur scèneJe jouerai le 8 avril prochain en « guest star » avec la chanteuse algérienne Souad Massi à La Cigale.

Pour en apprendre plus sur cette musicienne originale et atypique à la carrière déjà longue, je vous invite à consulter la page Wikipédia qui lui est consacrée, ou à consulter la page Facebook qui lui sert de site officiel.

Pour vous mettre en appétit vous pouvez également visionner les très nombreuses vidéos mise en ligne par Mondomix sur la page qu’ils lui consacrent.

Avec Koto Brawa au Studio de l’Ermitage

Concert Koto Brawa 2014Je serai sur scène avec Koto Brawa, au studio de l’Ermitage, le 21/11/2014 à 20h30. Cliquez sur la vignette ci-contre pour plus de détails.

Koto Brawa est un batteur et chanteur burkinabé de mes amis, que je vous invite à découvrir plus avant sur son superbe site internet qui propose plusieurs exemples de son talent dans la page « vidéos ». Venez nombreux !

Interview sur une radio béninoise

À l’occasion de mon voyage récent au Bénin, destiné à participer à la réalisation de l’album du Gangbé Brass Band dont j’avais déjà parlé précédemment, j’ai été interviewé par une radio locale de Cotonou, Radio Tokpa, en préambule à la présentation de l’album et du groupe par leur leader, Athanase Dehoumon. Gérald me dit que leur montage audio met bien en valeur mes rapports avec l’Afrique en général. Cliquez ci-dessous pour l’écouter.

Une démo d’instruments à vents virtuels

Il y a un an j’avais eu l’occasion de dire à des créateurs d’instruments à vent virtuels, la société Sample Modeling de Giorgio Tommasini et Peter Siedlaczek, tout le bien que je pensais de leur ensemble de saxophones. Et pour illustrer mon propos, je leur avais réalisé un petit morceau de démonstration. Il leur a tellement plu qu’ils ont décidé de m’offrir la collection à charge pour moi de réaliser une démo plus complète qui les intègre tous.

Je viens de m’acquitter de cette tâche, en composant pour eux le morceau Marching Funk que vous pouvez écouter ci-dessous. Une grande partie du mérite revient évidemment aux qualités de ces très beaux instruments, dont la mise en œuvre est un régal.

Non à l’excision !

Tout est dans le titre. Woz Kali chante contre l’excision, sur un texte d’Amadou M’baye et des arrangements… de Jean-Philippe Rykiel ! Nous avons terminé cet enregistrement aujourd’hui même.

L’excision est un fléau qui gangrène, entre autres, des pays que j’aime beaucoup : Bénin, Burkina Fasso, Sénégal… et il est important de ne rater aucune occasion pour la dénoncer, en situer le contexte, et ne pas la laisser perdurer dans l’indifférence.

© Amadou B’baye 2014

Actualités béninoises – le Gangbé Brass Band

Je vais prochainement prendre part à la réalisation d’un album avec un groupe béninois très particulier, que je considère comme un des plus novateurs du moment. Il s’agit d’une fanfare, composée de cuivres et de percussions. J’ai travaillé avec eux pendant qu’ils étaient en France l’année dernière et ils m’annoncent sur leur site comme faisant déjà partie de leur nouvel album en tant que Guest, avec Femi Kuti et la Fanfare Belgistan.

En plus de la vidéo de promotion ci-dessous, vous pouvez en apprendre plus sur eux sur leur site internet gangbebrassband.fr (provisoirement inaccessible), et écouter d’autres extraits sur le « soundcloud » d’un de leur membre, Ericamour.

 

© MADMAprod 2011

Retour du Burkina Faso – Le rire

Je reviens d’un voyage au Burkina Fasso et au Mali, qui ne comporte pas de fait marquant mais qui confirme mon attachement de plus en plus fort à ce continent et que je souhaiterais expliquer pour éviter d’être associé aux phénomènes de mode qu’on a pu connaître dans les années quatre-vingt chez de nombreux musiciens… Il s’agit d’histoires d’amitiés, de goût pour des cultures, des ambiances, et des manières de voir la vie…

Prenons pour exemple le rire, très différent du rire toujours un peu contraint que nous pratiquons ici, et qui faisait dire aux colons autrefois que les africains sont « de grands enfants qui s’amusent de tout »… comme le rappelle François Béranger dans sa chanson « Mamadou m’a dit ». On dit que le rire est le propre de l’homme, il est pour moi non pas un signe de puérilité mais au contraire la plus haute expression de leur humanité.

Au Burkina Fasso (et dans les pays voisins) il y a une relation entre les différents peuples qui s’appelle la « parenté à plaisanterie ». C’est un droit accordé de s’insulter faussement, et c’est par la plaisanterie qu’on arrive à régler des conflits entre personnes. Ça doit correspondre à des codes précis qui m’échappent, mais il n’est pas rare d’entendre quelqu’un dire à quelqu’un d’autre « tu es mon esclave », d’une manière qui est perçue comme une plaisanterie et qui sert à dédramatiser les rapports entre les gens surtout ayant des habitudes ou des modes de vie différents. Ça remonte très loin dans l’antiquité africaine et c’est très bien décrit dans une page wikipédia spécifique accompagnée de liens intéressants

Le rire de joie, en Afrique, éclatant et spontané, peut intervenir avant même de dire bonjour à quelqu’un qu’on n’a pas vu depuis une semaine. Le rire occidental, par contraste, est désormais soit sarcastique, soit associé à un comique mais qui n’existe plus vraiment depuis que Raymond Devos, Desproges ou Coluche nous ont quitté.