le WDR Big Band accueille Mokhtar Samba

À la fin du mois d’août, j’ai été invité par Mokhtar Samba à participer à une rencontre et à un concert avec le big band de la WDR (Westdeutcher Rundfunk) la radio-télévision d’allemagne de l’ouest, basée à Cologne. Une sorte d’intermédiaire entre l’orchestre de Radio-France et l’ONJ (Orchestre National de Jazz) chez nous et pour résumer : de sacrés bons musiciens, sous la direction et les arrangements de Michael P. Mossman ! Mokhtar (pour le détail de notre histoire commune, reportez-vous à la page « rencontres » que je lui ai consacrée) était accompagné pour l’occasion d’une rythmique africaine : Rhani Krija, Reda Samba (fils de Mokhtar) aux percussions, Henri Dorina à la basse et Woz Kaly au chant. Nous étions un peu inquiets de cette rencontre : dans ce big band, ils sont tous lecteurs à vue et évidemment je ne le suis pas, par contre tout en maîtrisant parfaitement leur jazz, ils ignorent tout des rythmes africains ! En fait tout s’est très bien passé, le concert a été un réel succès, et le mélange des genres a, une fois de plus, bien fonctionné. la WDR a mis en ligne un morceau de la répétition générale (Suite for Africa), dans lequel je prends un chorus assez long au CS01, et un morceau du concert (Emmatéo) dans lequel j’assure seulement les accompagnements synthétiques. Merci à eux tous.

Avec Lama Gyurmé à New-York et à Vincennes

J’ai été invité avec Lama Gyurmé à New-York, le 11 septembre dernier, pour accompagner de chants tibétains le coucher de soleil sur la ville (à une date très symbolique), dans le cadre d’une « fashion weel » un peu décalée organisée par Givenchy (ils avaient aussi invité, en prélude à leur défilé, des groupes vocaux ou chanteurs de différentes autres religions). C’était intéressant mais nous n’avons été crédité que d’un entrefilet par l’AFP.

Entrefilet inséré, en fait, dans un article consacré au Festival pour la paix qui se déroule ce week-end à la Grande Pagode du Bois de Vincennes, siège de l’Union bouddhiste de France, et auquel je vous renvoie dans ce lien pour plus de détails.

Test des nouveaux Reface de Yamaha

Pub Reface YamahaNicolas Vermot, le « monsieur synthés » de Yamaha Musique France, a bien voulu me faire tester en avant-première la nouvelle gamme de mini-synthés de Yamaha, les quatre Reface, qui sortiront en septembre prochain et qui succèdent carrément, à plus de trente ans de distance à mon indispensable CS01 auquel j’ai consacré cette page. Je vous livre donc ici mes premières impressions, accompagnée d’une vidéo-test réalisée par Nicolas Vermot avec son iPad à mon domicile hier après-midi (à la fin de l’article).

Certains connaissent mes relations privilégiées avec Yamaha, depuis le DX7 et les quelques sons que j’avais programmés sur cet engin. Ces relations portent encore leurs fruits aujourd’hui, puisqu’on m’a invité à essayer les prototypes de la famille Reface.

Comme toujours, je débuterai par les mauvaises nouvelles, en fait « la » mauvaise, car la seule chose qui m’ait vraiment déçu sur ces instruments est la paire de haut-parleurs internes. Il est vrai qu’on peut se faire des impressions stéréophoniques grâce aux effets chorus, mais franchement, j’aurais préféré qu’il n’y en ait qu’un, et deux fois plus grand. Certes, ce sont des prototypes qui ont déjà pas mal tourné, mais les pauvre petites gamellounettes tordaient que ça en faisait peine à entendre, même à faible volume. En revanche, dès que les deux jacks de sortie sont branchés dans un système adéquat, c’est LE gros son.

Je m’étais dit au départ (je précise que je n’avais pas vu les images de leurs vidéos de lancement) : « pourquoi n’ont-ils pas mis tous ces instruments ensemble dans le même clavier ? ». Électroniquement parlant c’était bien sûr possible, et on aurait eu les quatre bécanes pour à peine plus cher qu’une d’elles. Électroniquement possible, certes, mais pas physiquement, car les quatre modèles ont leur face avant spécifique, et leurs boutons ou glissières bien à eux. Et cela a beaucoup d’importance et constitue une première bonne surprise.

La deuxième bonne surprise est venue du clavier. Pratiquant le CS01, les mini-touches me sont familières, mais le CS01 n’a pas de vélocité, et je me demandais comment le défi allait être relevé. Même si ma main de taille moyenne arrive facilement à la douzième, (écart d’une octave plus une quinte sur les touches blanches), le jeu sur ce clavier et plus aisé qu’il n’y paraît. On note déjà le faible bruit et l’enfoncement des touches, lorsque le son est coupé (test que je fais souvent !). Et j’ai été surpris de la facilité avec laquelle je contrôlais la dynamique, surtout sur les sons de piano du modèle CP. Je ne sais pas ce qu’il y a en dessous de ce clavier, mais la sensation générale inspire la confiance. « Big Up » aussi pour la glissière d’octave juste à droite de celle du volume, qui a l’intelligence de ne pas transposer les notes enfoncées lorsqu’on la manipule.

Le CP donc, avec ses effets et son petit delay, réglable malgré tout en temps et en régénération, est très sympathique. C’est le seul que je n’aie pas testé sur une sono, mais les sons sont ronds et agréables, le clavinet est funk « comme il faut », même si mon préféré reste le toy piano, trop mignon, et unique dans le genre il me semble, sur un clavier portable.

Le modèle YC, allez, je le dis, est pour moi le maillon faible de la gamme. Il sonne très bien dans les sons Hammond, même si le vibrato n’est pas très bien imité, compensé par une Leslie pas mauvaise du tout, et j’aime bien sa réverb, qui n’a qu’une seule glissière mais qui joue de manière progressive et assez futée sur son niveau, puis sur sa longueur.

Le modèle CS, n’a pas de breath controler, Grrrr !!! Mais bon il a une prise MIDI, en petit connecteur à je ne sais combien de broches qui fait IN et OUT à la fois, on peut rêver …
Le bender va d’avant en arrière et est un peu riquiqui, je ne sais pas si ça plaira à Jan Hammer … Constituant, selon moi, une faute d’ergonomie, les contrôles du LFO, (destination vitesse et profondeur), sont assez loin du bender. Cela reste assez déconcertant de contrôler le pitch et le vibrato avec cet outil. Le CS peut être polyphonique ou mono, avec un portamento, un oscillateur qui peut faire pas mal de choses, un filtre sympa, une seule enveloppe, bon. Il a aussi des effets et un looper de notes, pas audio mais très rigolo.

Quand j’ai vu le modèle DX, ma main est tombée en premier sur l’écran tactile du milieu. Le démonstrateur m’a dit, « Tu vois là il y a quatre glissières tactiles ». Ben justement non, je ne vois pas ! Comment vais-je faire me suis-je dit ! j’étais prêt à laisser tomber, quand le monsieur m’a dit « Attends une seconde ». Interdit, je suis resté là, il m’avait pris l’engin des mains et je me suis demandé ce qu’il pouvais bien être en train de fabriquer. « Et là c’est comment ? » me demande-t-il en me reposant l’instrument sur les genoux. Il avait collé quatre bandes de scotch très fines, délimitant ainsi les quatre glissières, qui du même coup me devinrent accessibles. J’ai dit merci, et je me suis vite mis à jouer.
C’est sûrement le plus surprenant et le plus mystérieux de ces instruments. Le seul qui ait des mémoires accessibles en face avant, et il en a bien besoin car il regorge de paramètres. C’est de la FM 4 opérateurs, mais chacun d’eux dispose d’un contrôle de feedback et de plusieurs formes d’ondes, il y a une enveloppe par opérateur, et je n’ai pas eu le temps d’aller plus loin, mais les sons en mémoire sont très diversifiés, et certains on même une couleur analogique étonnante.

Voilà mes amis, mon petit tour des Reface, rendez-vous à la rentrée dans toutes les bonnes crémeries !

 

Sortie du nouvel album du Gangbé Brass Band

Cover album GangbéJe vous avais parlé l’an dernier, dans une « actualité » de mars 2014, de ma participation en « guest star » au nouvel album « Go Slow To Lagos » d’un groupe béninois très innovant, le Gangbé Brass Band. J’avais d’ailleurs été interviewé sur une radio locale, Radio Tokpa, à cette occasion, et le document audio en était écoutable dans une autre actualité de juin 2014. Dans ce document, le commentaire du leader du groupe, Athanase Dehoumon, se trouve à partir du temps 11:30.

Cet album sortira à la fin du mois de mai chez Buda Musique et je n’en suis pas peu fier ! Il sera certainement disponible sur tous les grands canaux de distribution, Athanase Dehoumon faisant très bien les choses et ayant assuré la visibilité du groupe depuis longtemps aussi bien ici sur l’iTunes Store que là sur Amazon.fr ou sur YouTube (nombreux clips) par des pages ou des comptes dédiés (cette liste n’étant pas limitative).

Concert avec Lama Guyrmé au Sentier des Halles le 14 avril

Vous pourrez nous entendre et nous voir sur scène avec Lama Gyurmé au Sentier des Halles le 14 avril prochain à 19h 30, à l’occasion de la sortie publique de notre troisième album, Chants For Peace (Chants pour la paix), dont nous avions déjà parlé dans la page consacrée à Lama Gyurmé, et à propos duquel on pouvait nous voir interviewés sur les lieux mêmes de l’enregistrement, dans le temple Vajradhara qu’il dirige en Normandie.

Concert avec Souad Massi à la Cigale le 8 avril !

Souad Massi sur scèneJe jouerai le 8 avril prochain en « guest star » avec la chanteuse algérienne Souad Massi à La Cigale.

Pour en apprendre plus sur cette musicienne originale et atypique à la carrière déjà longue, je vous invite à consulter la page Wikipédia qui lui est consacrée, ou à consulter la page Facebook qui lui sert de site officiel.

Pour vous mettre en appétit vous pouvez également visionner les très nombreuses vidéos mise en ligne par Mondomix sur la page qu’ils lui consacrent.

Avec Koto Brawa au Studio de l’Ermitage

Concert Koto Brawa 2014Je serai sur scène avec Koto Brawa, au studio de l’Ermitage, le 21/11/2014 à 20h30. Cliquez sur la vignette ci-contre pour plus de détails.

Koto Brawa est un batteur et chanteur burkinabé de mes amis, que je vous invite à découvrir plus avant sur son superbe site internet qui propose plusieurs exemples de son talent dans la page « vidéos ». Venez nombreux !

Interview sur une radio béninoise

À l’occasion de mon voyage récent au Bénin, destiné à participer à la réalisation de l’album du Gangbé Brass Band dont j’avais déjà parlé précédemment, j’ai été interviewé par une radio locale de Cotonou, Radio Tokpa, en préambule à la présentation de l’album et du groupe par leur leader, Athanase Dehoumon. Gérald me dit que leur montage audio met bien en valeur mes rapports avec l’Afrique en général. Cliquez ci-dessous pour l’écouter.

Une démo d’instruments à vents virtuels

Il y a un an j’avais eu l’occasion de dire à des créateurs d’instruments à vent virtuels, la société Sample Modeling de Giorgio Tommasini et Peter Siedlaczek, tout le bien que je pensais de leur ensemble de saxophones. Et pour illustrer mon propos, je leur avais réalisé un petit morceau de démonstration. Il leur a tellement plu qu’ils ont décidé de m’offrir la collection à charge pour moi de réaliser une démo plus complète qui les intègre tous.

Je viens de m’acquitter de cette tâche, en composant pour eux le morceau Marching Funk que vous pouvez écouter ci-dessous. Une grande partie du mérite revient évidemment aux qualités de ces très beaux instruments, dont la mise en œuvre est un régal.

Non à l’excision !

Tout est dans le titre. Woz Kali chante contre l’excision, sur un texte d’Amadou M’baye et des arrangements… de Jean-Philippe Rykiel ! Nous avons terminé cet enregistrement aujourd’hui même.

L’excision est un fléau qui gangrène, entre autres, des pays que j’aime beaucoup : Bénin, Burkina Fasso, Sénégal… et il est important de ne rater aucune occasion pour la dénoncer, en situer le contexte, et ne pas la laisser perdurer dans l’indifférence.

© Amadou B’baye 2014